Pourquoi une « Association des amis du Patois vaudois »

par Marie- Louise Goumaz, Jean-Louis Chaubert et Pierre Guex, membres de l’Association des amis du Patois vaudois, Jean-François Gottraux, Fanny Charmey et Nicole Margot

15h.00-15h.45

 

 
Extraits sonores :
  - Présentation des intervenants
  - Pourquoi une association ?
  - Les plaisanteries en patois
  - Présentation d'un outil
 
.

 

Introduction par Jean-Louis Moret, membre du comité

Robert Escarpit, le célèbre billettiste du «Monde» a écrit : «Tout le secret de la connaissance des langes est dans l’accent. On vous parlera de grammaire, d’orthographe, de littérature. Sornettes ! Ce qui compte, c’est la langue parlée

 

On peut reconnaître la valeur patrimoniale du patois; on peut parler du patois; on peut lire le patois, mais jamais on ne le connaîtra si on ne l’entend pas.

 

L’Association vaudoise des Amis du Patois le sait bien qui maintient cette langue en la pratiquant. Quelques-uns de ses membres ont expliqué, en patois, pourquoi ils étaient attachés à cette langue. Puis ils ont proposé quelques textes, notamment la description d’un instrument à lever les éclisses propres à des travaux de vannerie, la fabrication de hottes en particulier. Loin d’être moribonde, cette Association a ensuite présenté, par la voix de très jeunes membres, une petite saynète de dispute amoureuse. Si la manière et le parler sont d’un autre âge, le sujet a conservé toute son activité…

 

Découpage de la présentationpatoisgoumazguexchaubert197

1.- Les locuteurs se présentent : Jean-Louis Chaubert, Pierre Devaud, Pierre Guex, Marie-Louise Goumaz, Jean-François Gottraux, Nicole Margot (traduction).

 Parlé patois. 10 min.

 2.- Les plaisanteries dans la tradition du patois. Parlé français.

P. Guex avec participation de P. Devaud. 5 min.

3.- François Lambelet, dernier patoisant de souche.

Présentation par J.-L. Chaubert et court film montrant F. L. disant en patois

La préface de Ramuz au défunt Livret de famille 5 min.

4.- Quelques mots et expressions de parler vaudois issus du patois

par J.-L. Chaubert et M.-L. Goumaz 5 min.

5.- Présentation d'un outil spécialpatoisdevaud211

Description en patois et en français par P. Devaud.

Cet outil est-il connu dans l'assistance ? 5 min

6.- Frank Cherpillod chante la "Tsanson dâo tserroton".

Présentation par M.-L. Goumaz de cet extrait du CD "À l'écoute du patois vaudois", sorti en 2006 en même temps que le dictionnaire. 5 min.

7.- La jeune génération prend la relève: J.-F. Gottraux présente un enregistrement d'un chant en patois par un choeur d'enfants de Moudon ou, éventuellement, un dialogue en patois "Petita guierra d'amouâirâo".

 

Pourquoi l’Association vaudoise des amis du patois (AVAP) ?

POROUIE ONN' ASSOCIACHON DÂI Z'AMI DÂO PATOIS ?

 

Question posée par Pierre Guex à Marie-Louise Goumaz et à Jean-Louis Chaubert :

 

- Que se passait-il avant l'AVAP ?

 

Réponse de M.-L. Goumaz :

 

« Les patoisants vaudois se sentaient isolés. Le patois était paré à l'étable, surtout avec des domestiques fribourgeois, dans les pintes le jour de la foire, entre le père et la mère pour ne pas être compris des enfants. Le Conteur vaudois entretenait la flemme une fois par semaine mais, petit à petit, les abonnés âgés se sont fait si rares que ce petit journal sans prétention a fini par ne plus paraître.

 

La fondation de l'AVAP en 1953 a suscité un bel engouement et des dizaines de patoisants et d'amis du patois sont accourus aux "tenâblliè" (assemblées) de Lausanne, à la salle des Vignerons de la gare au printemps et au Comptoir suisse en automne. L'AVAP est devenue un trait d'union entre les patoisants, même au-delà des frontières du pays. Elle a encouragé ceux et celles qui se mettaient à l'écriture de cet idiome utilisé jusqu'alors principalement pour l'expression orale. »

 

Réponse de J.-L. Chaubert/J.-L. Tschobé :

 

« Âo quemincemeint dâo siècle passâ, tant que dein lè annâïe 1950. on mouî de dzein. avoué l'èseimplve sw Diûlo Cordey (Marc à Louis) ant comprâ que falvâi remettre ein an lo patois vaudois.

 

Ein 1952, lè patoisant dâo Dzorat l'avant fondâ "L'Amicala dâi patoisant Savegny, Forî & Einveron".

 

Dein tî lè cârro dâo tienton de Vaud, on mouî de patoisant que devesâvant noûtron vîlyo langâdzo, se retrovâvant tî lè z'an âo Comptoir Suisse, à Losenna por coterdzî eintre leu. Dèso la tsampâïe de Riquet Kissling, d'Oron, l'an décidâ de rasseimblyâ totè clliâo fooce vedzette que cougnessant noûtron vîlyo dèvesâ, pllie soveint peindeint l'annâïe ein balyeint onn'organisachon à clliâo reinreincontrè.

 

L'è dinse qu'onna tenâblya l'a ètâ convoquâïe à Savegny lo 24 de mai 1953. A clliâ tenâblya, l'ant nomma on comité avoué quemet présedeint Adolphe Decollogny. Et por assolidâ cllî rasseimblyemeint, l'a ètâ fé dâi statuts.

 

« L'Associachon vaudoise dâi Ami dâo patois l'îre dan su pî. L'ant onco attiuvâ à cllia organisachon, on an ein aprî, on concoû per annâïe proposâ per Riquet Kissling. L'ant bâlyî son nom à cllî concoû yo dâi meimbro que cougnessant bin lo patois prèseintant lâo travau (ein prosa, ein poèsî, ein einregistrameint) que sanr rècompeinsâ per dâi prix.

 

L'associachon organise assebin dâi z'aleçon de patoir que sant bin frèqieintlae. Pu l'è a onco dâi suî meimbro de l'associachon que l'ant créâ lo dicchounéro dâo patois vaudois. Avoué la gramméra dâo patois vaudois de MM. Reymond et Bossard, meimbro de l'association, cllî dicchounéro l'è bin utilo por balyî lè z'aleçon.

 

Totè clliâo réson sant lo "Porquie" d'onn' Associachon vaudoise dâï Ami dâo patois. »

 

 

 

Nicole MARGOT a lu en français les buts de l'Association : patoisnicolemargot193

 

 

 

a) conserver dans le canton de Vaud le parler connu sous le nom de "patois vaudois"

 

 

 

b) resserrer les liens d'amitié des personnes qui le parlent

 

 

 

c) le faire connaître en organisant des réunions et des conférences, en éditant des chants et des livres

 

 

 

d) se livrer à toutes activités en rapport avec la culture du patois, soit en deux mots, en contribuant à sa sauvegarde et à son développement

 

 

 

 

 

Les plaisanteries dans la tradition du patois

 

Enfant du terroir, le patois raconte les histoires du terroir. On le lui a parfois reproché: patoistous195"Le patois n'est bon qu'à raconter des histoires plus ou moins drôles".

 
 

On les nomme "bambioûle, gandoise, gouguenette, nioquerî ou risârde", elles se donnent pour ce qu'elles sont, des rigolades et leur but est de faire rire. "Po recafà", pour rire aux éclats, c'est le titre du volume paru en 1910 chez Payot. Il faut appâter le lecteur. Leurs histoires valent bien autant que les "pipoles" d'aujourd'hui. Non, elles valent mieux. S'il leur arrive d'être un peu osées, ces gaudrioles ne sont jamais scabreuses. Certaines peuvent paraître vulgaires en traduction littérale, mais elles sont langage normal en patois. Elles sont souvent puisées dans le folklore universel.

 
 

Il ne faut pas oublier que la place faite au patois dans des journaux rédigés en français était mesurée. Dans la "Feuille d'avis de Lausanne", la place accordée chaque semaine à Marc à Louis ne dépasse guère 20 cm. d'une colonne large de 8 cm. Que peut-on bien raconter en si peu de lignes ? Une gandoise.

 

Mais le génie de Jules Cordey, c'est d'utiliser ces quelques paragraphes pour enseigner le patois en catimini, pour rafraîchir les connaissances des locuteurs.

 

Les conjugaisons sont difficiles; le verbe "neiger" est impersonnel et irrégulier ? Qu'importe, il invente une histoire:

 

"Hier, il neigeait, aujourd'hui, il neige, demain, il neigera peut-être. Il a neigé tous ces jours passés. On se demande quand il veut s'arrêter de neiger. Tout de même, il ne faudrait pas qu'il neige plus longtemps."

 

Hiè nèvessâi, vouâ ye nâ, dèman nèvetrâ pâo-t'ître. L'a nu ti stâo dzo passâ. On sè dèmande quand vâo s'arretâ de nèvâ. Tot parâi, foudrâi pas que nusse pe grand teimps.

 

 

 

Autre exemple : ce texte où Marc à Louis nous montre la richesse du vocabulaire en alignant une ribambelle de mots proches par le sens, mais aux nuances difficiles à rendre en français :

 

Du côté de l'école. Les gosses venaient de sortir de classe et sautaient au bas des marches de l'escalier pour essayer d'arriver les premiers sur la place.

 

Lè mousse vegnant de fére la salyâte et châotavant avau lè z'égrâ po coudyî arrevâ lè premî su la pllièce.

 

 

 

Et puis hardi : "ôte-toi de là-devant !" - "gaffe-toi, je veux passer " - "Pourquoi m'éclabousses-tu comme ça ?" - " j'ai autant de droit que toi !" - "tu vas te faire foutre une rossée !" et ainsi de suite;

 

Et pu hardi : "doûta-tè de dèvant ! - Tsouye-tè, vu passâ ! - Porquie m'eimbardze~to dinse ? - Y'é atan de drâi que tè ! - Te vâ te fére fotre la bourlâïe!" et pu dinse tot avau ;

 

 

 

avec des cris de joie, des cris perçants, des vociférations, des huchées

 

avoué dâi lulâïe, dâi siclliâïe, dâi bramâïe, dâi lutsèyîe

 

 

 

à vous assourdir, à vous flanquer le tournis, à vous donner des frissons.

 

à vo z'assordolyî, à vo betâ lo veret, et lè refreson.

 

 

 

Ces gamins tout de même.

 

Clliâo boute, tot parâi.

 

 

 

Et puis, sur la place, on saute, on court, on piétine, on s'agite, on se pousse, on se tiraille, on se chicane pour rire.

 

Et pu, su la pllièce, on châote, on cor, on piatte, on dzevate, on sè tsampe, on sè trevougne, on sè tsecagne po rire.

 

 

 

On dirait une fourmilière, quand on l'a égratignée avec un morceau de bois.

 

On derâi onna fremelyîre quand on l'a ègrevatâïe avoué onna betselye.

 

 

 

Des tas de fourmis, des quarterons d'abeilles et de guêpes, des caisses à gravier de souris, tout ça lâché en une seule fois ne serait pas pire. Dâi mouî de budzon, daî quartèron d’avelye et de vouîpe, dâi tyéce à gravier de rattè, tot cein latsî ein on yâdzo sarâi pas pî.

 

 

 

Dans un coin, quelques élèves se sont emparés d'une chatte. Elle appartient à Sami le garçon qui la tient. Il a décidé de l'a donner à qui dirait le plus gros mensonge. L'instituteur, le régent intervient : "À votre âge, je ne savais pas même ce qu'est un mensonge."

 

"à voûtron âdzo, mè, ye ne savé pas cein que l'étâi qu’onna dzanlye !"

 

 

 

La suite de l'histoire, vous la comprendrez facilement, même en patois :

 

Vo z'arâi falyu oûre clliâo recafâïe. Et lo Sami l'eimpougne lo tsat, lo bete dein lè bré âo règent et lâi fâ dinse:

 

 

 

- Lo minon l'è voûtro, règent. Lo vo balyo: l'è vo que vo z'âi de la pe grôcha dzanlye !

Retour au programme de la Rencontre